COMMUNIQUE DE PRESSE ENGIE du 24 octobre 2018

COMMUNIQUE DE PRESSE ENGIE

LIQUIDATION D’ENGIE : L’ÉTAT ORGANISE L’ÉCLATEMENT POUR MIEUX VENDRE

Après avoir privatisé Gaz De France, le Gouvernement se prépare à vendre sa participation dans Engie.
Selon de récentes informations (article de Reuters du 15 octobre 2018), l’État œuvrerait pour un
démantèlement d’Engie, avec séparation des parties Énergie et Services. Cette semaine, le Président de la
République réunit les patrons de l’énergie pour les « mobiliser », signe que, contrairement à certains
démentis, le sommet de l’État est très actif sur ce secteur.
Deux éléments confirmeraient selon nous ces informations :
1. Politique : le gouvernement veut se séparer des actions ENGIE et, comme le cours de l’action est bas,
il travaillerait à éclater le Groupe pour récupérer un maximum de cash en le vendant par morceaux
(scénario classique des financiers).
2. Économique : Total, depuis plusieurs mois, s’oriente vers le renouvelable et la chaîne gazière. Il
possède une puissance financière extrêmement importante et le rachat de la partie Énergie d’ENGIE
entrerait bien dans sa stratégie. D’autant qu’après avoir vendu le GNL, l’exploration-production et de
nombreux moyens de production électrique, Engie est fragilisée.
Pour l’État libéral, la boucle serait bouclée.
Après la privatisation de Gaz De France et son absorption par SUEZ,
Après avoir laissé les mains libres à la direction de GDF SUEZ / Engie dans ses aventures internationales
(International Power, Brésil, programme de cessions),
Après avoir laissé pendant des années se dégrader le service public du gaz,
L’Etat, par la décision d’élimination d’Engie, prendrait la responsabilité du démantèlement de la chaîne gazière
au moment le plus crucial : celui du choix de l’orientation de la politique énergétique du pays !
La CGT s’oppose à ce dépeçage ainsi qu’à la suppression des tarifs réglementés et rappelle que l’énergie et
les services énergétiques sont au cœur des réflexions sur l’avenir de la planète, sur la réponse aux besoins et
sur le développement industriel.
Pour la CGT, ce jeu de Monopoly apportera des gains financiers immédiats pour les actionnaires et pour l’État
actionnaire et, en contrepartie, une dégradation du service public et l’accroissement de la précarité
énergétique pour les consommateurs.
C’est pourquoi, la CGT propose un pôle public de l’énergie organisant tous les acteurs dans le but de déployer
un service public répondant aux attentes des citoyens.
Contact :
Eric BUTTAZZONI – 06 21 53 77 44                                                                                                    coordinateur CGT Engie

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *